• De l’écoute à l’action

    Comme il est étonnant ce petit jeu que nous joue parfois la mémoire…

     

    Comme elle est surprenante cette propension de l’esprit à fonctionner seul, faisant fi des actions du corps, alors même que vous êtes là, hébété devant l’écran de votre ordinateur à laisser filer les images pathétiques du Conseil d’Etat exposant son énième réorganisation, tel un navire sombrant…

     

    Ainsi donc, hier, aux alentours de 15h, j’avais abandonné l’idée de m’intéresser à la nouvelle mascarade du Conseil d’Etat. J’avais renoncé à ma volonté initiale de compatir avec ces conseillers, condamnés à cohabiter avec Pierre le Maudet, tous contraints de s’assoir autour de cette table pour assumer une collégialité de pure façade.

     

    Et c’est précisément à cet instant que ma mémoire m’a renvoyé l’image d’une affiche électorale du printemps 2018 où Pierre le Magnifique était là, rayonnant, déjà vainqueur, déjà élu, entouré d’Alexandre, et de Nathalie.

     

    Que de temps a passé…

     

    Alexandre, déjà proche du lapin pris dans les phares d’une voiture semblait encore tellement confiant dans l’enfant chéri de la République…

     

    Nathalie si souriante alors, que l’on peine à imaginer qu’il s’agisse de la même qui hier, ne partageait que la rigidité angoissante de celle qui n’ose s’exprimer trop tellement le risque est grand de dire une bêtise, voir de donner ne serait-ce que l’impression de désapprouver, pour une fois, Pierre le Merveilleux…

     

    C’est surtout précisément à cet instant que m’est revenu à l’esprit le slogan de cette affiche de 2018 :

     

    « De l’écoute à l’action »

     

     

    Comment donc, Pierre le Splendide a-t-il fait pour réussir en moins d’un an, à ne plus avoir ni la moindre capacité d’écoute, ni la moindre capacité d’action ?

     

    Comment donc Pierre l’Admirable a-t-il pu laisser s’évaporer le sens politique que tout le monde louait, au point d’arriver à dire, hier, en pleine conférence de presse sur la 4ème réorganisation des dicastères en moins d’un an :

     

    « Je n’ai pas demandé à Mr Hodgers de démissionner parce que je n’ai pas apprécié l’épisode de dimanche, on répond d’un mandat du peuple j’entends l’assumer et j’évalue que c’est possible à ce stade »

     

    Allons Pierre le Somptueux ! Bien entendu qu’il n’était pas malheureux le Président du Conseil d’Etat, en tout cas bien moins que Nathalie ou Serge, et probablement autant que Mauro, Anne et Thierry…

     

    Comment peux-tu, dans de telles circonstances, tenter une contre-attaque aussi désespérée en imaginant que cela puisse emporter la conviction de quiconque ?

     

    « Il n’y a pas de politiques publiques mineures, il n’y a qu’une façon mineure de gérer les politiques publiques » disais-tu ? Certes… la formule est belle, quand bien même elle ne restera qu’une formule à laquelle toi-même, manifestement, tu ne sembles plus croire. Il est dommage toutefois que tu démontres désormais, par ton attitude, qu’il existe aussi une façon minable de faire de la politique…

     

    Cette même façon minable qui a permis à certains de ton clan de menacer, d’insulter ceux à qui les faits, aujourd’hui s’obstinent à vouloir donner raison…

     

    Tu me trouveras sans doute excessif, et je te prie de bien vouloir m’en excuser… mais je me rappelle trop ces accusations d’indignité lorsque j’eu l’outrecuidance de tenter d’exercer mon mandat et de contrôler ton action, je me rappelle trop ces tentatives maladroites et déplacées du président du Grand Conseil de faire taire les quelques voix dissonantes, je me rappelle trop ces menaces sur certains de mes collègues députés, membres de l’alliance, qui se reconnaîtront.

     

    Tu ajoutais hier que la démission « c’est un questionnement permanent », et bien Pierre le Majestueux, je crois indispensable de te le dire, il est temps de passer, enfin, de l’écoute à l’action !

     

    Ne vois-tu pas le mal que tu fais, à tes collègues, à tes soutiens à tes concitoyens, à ta République ? Ne vois-tu pas Pierre l’Eclatant la perte de confiance que ton attitude provoque chez nos concitoyens à l’égard de tous les hommes et femmes politique comme à l’égard des institutions ?

     

    Ce n’est pas moi qui l’affirme, c’est ton propre collège !

     

    Entre les lignes, ce que ton Président a dit, hier, c’est que pour le bien de Genève, et des genevois, l’ensemble du Conseil d’Etat, sauf un, a jugé incontournable de tendre à « s’organiser autour d’une représentation réduite de Monsieur MAUDET à l’extérieur ».

     

    Ainsi donc, Pierre le Sublime, désormais le Conseil d’Etat considère que, moins on te voit… mieux cela est ! Et non seulement le considère-t-il, mais il le vote et l’exprime en conférence de presse !

     

    Ton obstination aussi admirable soit-elle, est désormais aussi désespérée que désespérante.

     

    Que sera donc la 5ème réorganisation ?

     

    Une idée saugrenue me vient en tête.

     

    Puisque tu refuses de démissionner malgré l’insistance de tous, peut-être faudrait-il que tes six autres collègues, eux, en femmes et hommes d’Etat, démissionnent, te laissant seul et provoquant ainsi, inéluctablement de nouvelles élections ?

     

    Me revient soudainement en mémoire cette déclaration du tellement regretté Pierre WEISS.

     

    C’était en février 2012.

     

    Te rappelles-tu Pierre le Glorieux, de cette année 2012 qui t’a amené à prendre place au sein du Grand Conseil après la… démission, de Mark MULLER ?

     

    Voilà ce que disait alors feu Pierre WEISS de cette élection, puisses-tu t’en inspirer :

     

    « Rien ne garantit que cette élection ne rétablisse pas la confiance dans le Conseil d’Etat et les institutions »

     

     

     

     

     

     

    « Passons, car c'est la loi; nul ne peut s'y soustraire;

    Tout penche et ce grand siècle, avec tous ses rayons

    Entre en cette ombre immense où pâles nous fuyons.

    Oh! Quel farouche bruit font dans le crépuscule

    Les chênes qu'on abat pour le bûcher d'Hercule! »

     

    Lien permanent 4 commentaires